Comment surmonter le manque de confiance en soi ?


65 vues

Le manque de confiance en soi concerne tout le monde, même les stars, même les athlètes de très haut niveau !

La confiance en soi conditionne l'estime de soi

La confiance en soi repose sur une vision réaliste de nos capacités.

Quand on croit en ses capacités, on est plus à même de gérer ses émotions et d'atteindre ses objectifs. C'est une composante de l'estime de soi.

L'estime de soi est le regard que nous nous accordons à nous-mêmes, la connaissance de nous-même sans orgueil et sans attente d'amour de l'autre. L'estime de soi permet de nous aimer sans orgueil, de recevoir des compliments sans être gênés et d'entreprendre et d'accepter l'échec sans nous juger négativement.

Nos ancêtres préhistoriques vivaient en tribu et chacun avait un rôle complémentaire pour la survie : se nourrir, boire, chasser, être soigné, se reproduire etc. Si un membre de la tribu rejetait un autre membre, il en allait de sa survie. Et nous avons hérité de ces peurs d'être rejetés par les autres. Nous sommes tous les héritiers de ces nombreuses peurs : peurs de réussir, peur de l'échec, peur d'être abandonné, peur d'être trahi, peur d'être mis à l'écart de la tribu, peur de mourir seul etc.

Une de mes clientes me disait récemment "il y a des gens qui savent s'y prendre" : expression qui dénote un manque de confiance en soi qui va générer une très mauvaise estime de soi.

Et pourtant, nous avons tous des capacités qui ne demandent qu'à être développées et mises en avant.

Mais nous avons tous à un moment donné ce réflexe primitif de nous tétaniser, de nous recroqueviller dans nos peurs, de nous noyer dans nos émotions et de nous réfugier dans l'immobilisme, voire la paralysie.

 

Le syndrome de l'imposteur est à l'origine du manque de confiance en soi

Le syndrome de l'imposteur concerne tout le monde.

Il intervient quand nous attribuons nos succès à des facteurs extérieurs plutôt qu'à nos propres compétences, lorsque nous ne nous sentons pas légitimes et finissons par douter de la légitimité de nos réussites. Et la crainte d'être démasqués nous enferme un peu plus dans cette dévalorisation de nous-mêmes.

On a beau dire à la personne que c'était très bien, le sentiment de réussite est éphémère et il s'ensuit un manque de confiance en soi. Le succès n'est pas validé.

Deux comportements en découlent : la surpréparation pour tout ou la procrastination. Les conséquences sont fâcheuses : le syndrome de l'imposteur déséquilibre la vie professionnelle, la vie personnelle et la vie sociale et mène souvent au burn-out.

 

Prendre rendez-vous

La Sophrologie est une thérapie brève et efficace pour réduire le stress et améliorer la concentration.

La confiance en soi est bénéfique pour la santé physique et mentale, la réussite, la prise de décision et la résilience.
Comment développer la confiance en soi ?

En sophrologie, nous travaillons beaucoup sur les pensées positives et l'affirmation positive.

 

  • Tout d'abord, je propose des exercices corporels en relaxation dynamique pour chasser les peurs, éloigner les craintes et installer la pensée positive de soi. Ne serait-ce que redresser le dos, sortir la poitrine, respirer profondément et abaisser ses épaules, permet de faire baisser le taux de cortisol de 20% (l'hormone du stress).
  • Les auto-massages permettent de débloquer les noeuds énergétiques, en travaillant les points d'acupuncture de la médecine chinoise. Pour que l'énergie circule mieux dans le corps, on active les points énergétiques et on active les fascias : petites membranes au-dessus des muscles, des tendons et des organes, qui nous permettent de tenir droits ! Petit exercice très rapide qui remet en mouvement et donne beaucoup d'énergie.
  • J'aide mon client à élaborer une pensée positive : une phrase courte positive qui va lui permettre de mettre en lumière ses capacités et à l'engrammer dans son subconscient. La pensée positive a un effet placebo qui entraîne la confiance en soi et lui permet de réaffirmer ses capacités. La pensée positive impacte notre corps et notre mental positivement.
  • Je propose l'exercice quotidien de la gratitude : avoir de la gratitude pour son corps et de la gratitude pour tous les évènements heureux de sa vie. Tal Ben-Shahar, spécialiste de la psychologie positive et de la psychologie du leadership qui a longtemps enseigné à l'université Harvard, suggère d'avoir un petit cahier de la gratitude et de noter tous les jours nos réussites, nos compétences et les petits trésors positifs de notre journée.
  • Enfin les visualisations positives pratiquées en état sophronique (état de détente, au bord du sommeil) permettent d'associer des projets à un souvenir ou une image positives, ou un être cher. Ce travail a pour but de reprogrammer les circuits neuronaux et d'opérer un changement de regard sur soi, qui va débloquer les tensions physiques et mentales et permettre à la personne de reconquérir sa confiance en soi.
  • Travailler sur l'enfant intérieur aide à comprendre d'où vient cette mauvaise estime de soi. Dans l'enfance, comment la valeur de soi a été impactée, quelle était l'estime de soi de ses parents ... 
  • Si le projet que vous avez est bloqué et que vous vous sentez complètement paralysé, dans un état d'immobilisme, l'anticipation positive du futur (je vous fais vivre en état sophronique un moment où le projet est déjà réalisé avec succès) va vous entraîner dans un mouvement de changement. Le subconscient ne connaît ni le passé ni le futur et va valider comme une réalité votre projet. Il ne fait pas de différence entre l'info réelle et l'info imaginée. Les résultats sont très étonnants ! 
  • Quand on a intégré un projet dans son corps et dans sa psyché, il va se matérialiser. La confiance en soi regagnée se traduit dans nos paroles dans nos relations sociales et le changement s'opère !

Les signes de la confiance en soi

Si l'on pratique quotidiennement la gratitude envers soi en se rappelant ses compétences et ses succès, si l'on apprend à aimer ses échecs et à en tirer des leçons positives, la moitié du chemin est déjà parcouru dans la confiance en soi.

Miguel Ruiz, dans ses 4 accords toltèques, nous enseigne à ne jamais se comparer aux autres ; c'est une des clés de la confiance en soi.

Pour finir, je suis convaincue que nos objectifs doivent toujours rester réalistes. Ne nous mettons pas la barre trop haut et essayons d'apprécier nos petits pas qui, à la longue, se transformeront en belles avancées et en grandes réalisations. 

La confiance en soi s'acquière pas à pas et réhausse notre estime de soi.

J'ai observé personnellement que le seul fait de porter des talons, de mettre du rouge à lèvres ou de porter des vêtements plus élégants qu'à l'accoutumée renforçait ma confiance en moi ! Osons sortir la poitrine, être conscients de nos points forts et levons la tête vers l'estime de nous-mêmes !


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

La Sophrologie pour améliorer la concentration et la mémoire

27 Mai 2024

Vous avez des trous de mémoire ? 
Et bien vous savez que la mémoire se muscle et que l'on peut la développer. Regardez les comédiens qui continuent à apprend...

Est-ce que la Sophrologie aide pour le stress ?

11 Mar 2024

La boule dans le ventre, le souffle coupé, la fatigue et l'irritabilité ...  sont des symptômes de stress qui ne trompent pas. Si le stress a pris pouvoir s...

L'impact de la Sophrologie sur le nerf vague

19 Fév 2024

Le nerf vague (parasympathique ou pneumogastrique) est en fait une paire de nerfs crâniens du système nerveux autonome (ou végétatif). 
Les systèmes sympat...

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.