Que faire de la colère ?


17 vues

La colère est une émotion (du latin"movere" qui signifie "mettre en mouvement") pas très aimée.

Contrairement aux idées reçues, cette émotion n'est pas négative !

Chaque émotion a deux fonctions : un indicateur sur notre harmonie intérieure et donne de l'énergie par rapport à notre environnement.

La colère exprimée avec violence est destructrice pour soi et pour les autres. Néanmoins, ne pas l'exprimer est tout aussi néfaste.

Elle exprime un besoin ; généralement le sentiment de n'être pas respecté ou écouté. 

En sophrologie, je vous aide à réguler toutes les émotions, dont la colère. C'est un chemin d'observation du mécanisme de la colère, d'identification des besoins et des attentes par rapport à l'autre. Plusieurs outils permettent de digérer cette émotion et de l'évacuer. La colère devient une alliée et n'est plus une ennemie.

 

A quoi sert la colère ?

 

La colère nous informe  :

- de notre état de fatigue et de stress

- du sentiment d'envahissement de notre territoire symbolique ou réel

- du sentiment de ne pas être respecté ; "je veux quelque chose que je n'obtiens pas !"

Cette émotion permet de faire respecter nos frontières, nos désirs, nos volontés. La colère nous donne l'énergie pour que la situation change.

Les signes précurseurs de la colère

La colère commence bien avant le moment de l'explosion.

Les premiers signes peuvent apparaître le matin et la colère va exploser l'après-midi !

Regardez ce qui se passe dans votre corps :

  • les muscles se contractent
  • le sang afflue au visage
  • le coeur bat plus vite
  • les poings, la nuque et les épaules se raidissent
  • les yeux se dilatent
  • les paumes des mains sont moites
  • le diaphragme se contracte, la respiration se bloque

Le vase de la colère avant l'explosion

La colère explose et je vous invite à observer le chemin unique de la colère.

Quelle est la petite goutte qui a fait déborder le vase?

Comment s'est rempli le vase ?

Quelle a été la première goutte ? la 2° goutte ? La 3° ? etc.

Prenez conscience de ces mécanismes.

Une fois que vous avez pris conscience des symptômes précurseurs et que vous avez repéré toutes les gouttes qui s'accumulent dans le vase, il est peut-être temps de dire votre colère avant que le vase ne déborde.

Pour éviter le moment de l'explosion, on peut exprimer son énervement : "Je suis énervé-e, il faut que je sorte prendre l'air" ou "Je me sens très mal, la situation me met en colère".

"Je suis trop en colère, je ne vais pas réussir à me calmer, je sors" et sortir va avoir un effet apaisant sur le corps.

CE N'EST PAS UNE FUITE.

 

Exprimer ses besoins

Le besoin associé à la colère est la compréhension et la réparation. La réparation de ce qui semble injuste.

La colère est toujours liée à un ressenti d'injustice.

De quoi avez-vous besoin au moment précis de la crise ? Qu'attendez-vous de l'autre ?

Quel besoin n'a pas été satisfait ? Quelle blessure se cache derrière : regard de l'autre, estime de soi, respect ...

Il est vital d'exprimer son besoin pour éviter que la colère se transforme en rage, dans un cercle infernal d'escalade de violence.

Prenez le temps de lister vos besoins les plus importants. Prenez 3 grandes respirations et soyez à l'écoute de vous-même. Demandez-vous ensuite si ces besoins sont actuellement comblés ? Vous pouvez les placer sur une échelle de 0 à 10 par ex.

Retenez celui qui correspond au positionnement le plus faible et demandez-vous comment vous pourriez mieux répondre à ce besoin. N'hésitez pas à utiliser la communication non-violente dans l'expression de vos besoins auprès des autres : "je ne suis pas tout à fait d'accord avec la manière dont tu m'as parlé" , "je ne me suis pas senti-e respecté-e"...

 

Comment éteindre la colère ?

Si vous êtes au bord de l'explosion, très énervé-e, très agacé-e et que vous devenez incontrôlable, vous pouvez pratiquer ce geste du coeur ouvert qui aide à réguler les émotions et à libérer les tensions en douceur.

Repliez tous les doigts vers la paume de la main en gardant les ongles en contact. Faites que vos pouces se touchent et s'orientent vers le bas. Formez un coeur. Vous pouvez aussi entrelacer les doigts pour donner davantage de force à ce geste.

Grâce à ce mudra, la cage thoracique prend de l'expansion et l'inspiration s'allonge, ce qui apaise les émotions et dénoue les tensions ; l'énergie vitale passe alors des mains vers le coeur.

Pendant que vous gardez la posture, visualisez la personne ou la situation à la source de votre colère ou de votre énervement, placez ensuite vos mains (toujours en position de mudra) comme s'ils étaient une longue-vue.

Cet exercice est proposé par Juliette Dumas et Locana Sansregret, autrices de "Mudra, le yoga des doigts" (Flammarion, 2019).

 

Acceptez votre colère et ne vous réduisez pas à cela !

Il est vraiment important de reconnaître votre colère et de l'accepter avec bienveillance. Prenez conscience que vous n'incarnez pas la colère !

Chaque émotion est liée à vos pensées, qu'elles soient issues de réflexions agréables ou non, toutes vos émotions sont utiles. Elles vous permettent d'exprimer vos besoins et de mettre le doigt sur l'injustice que vous ressentez.

Pour la maîtriser, il est nécessaire de comprendre son cheminement et de se poser les bonnes questions :

  • Que ressentez-vous physiquement ?
  • Quelle en est la cause ?
  • Que pourriez-vous mettre en place pour en limiter les effets ?

 

Libérez-vous par le souffle

Vous avez en vous un allié de taille : le souffle !

La technique de sophro-déplacement du négatif ou SDN consiste à extérioriser toutes les sensations désagréables ou douloureuses, physiques comme mentales, en les expulsant par le souffle après une légère contraction de tout ou partie du corps et un relâchement musculaire.

Cette technique clé de la sophrologie va vous permettre de travailler sur la façon dont vous pouvez expulser la colère.

Si vous avez du mal à visualiser vos tensions sortant par votre bouche, imaginez-les sous la forme de boules noires que vous expulsez loin devant vous.

Des petits signes-signaux apaisants conditionnés à l'état de détente profonde peuvent être mis en place en 2 séances de sophro-relaxation et avoir un impact immédiat sur l'état d'énervement. Un de mes jeunes clients de 10 ans qui me consultait pour la colère avait choisi un petit caillou très lisse qu'il portait toujours dans la poche de son pantalon. Il suffisait qu'il l'empoigne pour désamorcer la colère

 

Enfin, la colère n'est pas une ennemie mais une alliée. Le travail de repérage des colères répétitives, du déchiffrage du mécanisme qui se met en place va vous aider à en comprendre la cause, à identifier vos besoins et ainsi vous pourrez mieux réguler cette émotion, en l'acceptant avec plus de bienveillance.

N'hésitez pas à me contacter pour en parler, je serais très heureuse de travailler avec vous sur cette émotion.

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

L'impact de la Sophrologie sur le nerf vague

19 Fév 2024

Le nerf vague (parasympathique ou pneumogastrique) est en fait une paire de nerfs crâniens du système nerveux autonome (ou végétatif). 
Les systèmes sympat...

Quels sont les bienfaits de la sophrologie ?

24 Jan 2024

La Sophrologie offre divers bienfaits tels que la gestion du stress, l'amélioration du sommeil et la promotion du bien-être physique et mental ; cette disci...

Sophrologie pré et post opératoire

15 Déc 2023

La Sophrologie pré et post opératoire aide considérablement à réduire le stress et l'anxiété avant l'opération, favorise la détente avant, pendant et après ...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Retrouvez Elisabeth CHARZAT sur Resalib : annuaire, référencement et prise de rendez-vous pour les Sophrologues